You are currently viewing 12 jours de road trip improvisé et introspectif au nord de Phuket.

12 jours de road trip improvisé et introspectif au nord de Phuket.

Je sais que vous attendez avec impatience que je reparte sur les routes de Thaïlande pour un nouveau road trip.

Eh bien, soyez sûrs que moi aussi ! Les 12 jours sans enfants des vacances d’octobre sont enfin là. 

Mon sac est prêt et mon cher scoopy aussi… En effet, cette fois, je l’emmène ! Enfin, c’est plutôt lui qui m’emmène… Eh oui, on part de chez moi, de Phuket directement, et sans savoir trop où !

road trip au nord de phuket

Un itinéraire « à l’arrache »

Entre l’année scolaire passée et mon tour du monde, il me reste deux petites parties à explorer de la Thaïlande : l’ouest de Bangkok et le nord de Phuket.

Comme c’est encore la saison des pluies, la deuxième option est la meilleure. 

L’itinéraire, lui, est totalement à construire « en live » ! Eh oui, fait unique depuis 17 ans de voyages, je pars sans savoir où je vais exactement. Une seule certitude : la direction… le NORD !

Pourquoi ce changement d’organisation ?

Après huit semaines de cours à distance, cette rentrée scolaire 2021 a été difficile nerveusement. Elle a laissé dans mon esprit tout un tas de questions. 

Je prends donc ce road trip improvisé comme un moyen de faire une profonde introspection. Me retrouver et trouver des réponses sont mes fils conducteurs. Comme toujours, je pars du principe que tout arrive pour une raison.

Allez, trêve de paroles et de réflexions, je passe à l’action et prends la route vers le Nord. 

Retour en baie de Phang Nga

Retour, car je suis déjà venu à Phang Nga… Souvenez-vous de mon excursion en bateau pour rencontrer James Bond !

Ma première destination est Samet Nangshe, considéré comme l’un des plus beaux endroits de Phang Nga. Le paysage offre une vue à 180 degrés sur la baie et ses centaines de formations calcaires ! 

Le lieu est d’ordinaire très prisé, mais « grâce » à la situation sanitaire, je suis seule à contempler cette merveille. Je ressens une paix intérieure qui me pousse à dormir sur place pour profiter du lever de soleil.

Phang Nga, la ville

Une fois mes yeux régalés, je file en ville… à Phang Nga, la ville. À 45 kilomètres de la baie, les touristes sont rares ici. Moi, je m’y arrête deux jours.

Avant d’y arriver, je vous conseille de visiter le Wat Suwan Khuha (le temple de la Grotte). Connu sous le nom de Wat Tham (le temple-cave), c’est un complexe de grottes avec de nombreuses statues religieuses. La plus impressionnante est un Bouddha couché doré de 15 mètres.

Arrivée dans la ville, je m’offre une pause nature dans le Somdet Phra Srinagarindra Park, avec son immense lac et son sentier pédestre. Mon programme est fait ensuite du marché nocturne local, d’une grotte et d’une cascade. Je grimpe également au principal sanctuaire des alentours, le Chedi Khao Land Bart.

En route pour l’aventure à Khao Sok 

Ensuite, c’est sous un déluge que j’arrive au premier hôtel que je trouve, juste avant l’entrée du parc national de Khao Sok. La propriétaire me donne la plus belle chambre (elles sont toutes libres !) pour un prix dérisoire.

Khao Sok, c’est un des joyaux du Sud de la Thaïlande pour les amoureux de la nature !

Relativement méconnue, la jungle de Khao Sok est si impénétrable que la présence d’un guide est obligatoire pour le trek de quatre heures. Ses 740 kilomètres carrés regorgent de forêt vierge, de cascades, de grottes, de montagnes et de lacs. Elle est une des forêts les plus humides au monde et est vieille de 160 millions d’années… plus que la forêt amazonienne.

Une faune et une flore d’une richesse inouïe

Khao Sok est aussi un sanctuaire privilégié de la vie sauvage

Les vedettes de la jungle sont ici les gibbons avec leurs cris stridents. On peut aussi rencontrer, heureusement très rarement, des animaux beaucoup moins sympathiques comme les léopards, pythons et cobras. En revanche, attention aux sangsues à la saison humide. J’en ai fait l’expérience !

La flore est, elle aussi, époustouflante. On trouve des arbres atteignant jusqu’à 65 mètres de hauteur. De novembre à janvier, on peut même apercevoir la rougeoyante rafflésie, la plus grande fleur du monde avec ses 90 centimètres de large. Sans tige, ni racine, elle dégage une odeur horrible de viande pourrie ! Pour le coup, c’est la déception du séjour, j’arrive trop tôt…

Fleur rafflésia à Khao Sok

Rassurez-vous, j’ai adoré cette incursion dans la jungle avec mon guide, qui m’a appris énormément de choses sur cet environnement incroyable.

Le lac Chiew Lan, mon coup de cœur de l’aventure

Je continue ma route et j’arrive sur le lac Chiew Lan. Créé artificiellement et inauguré en 1987, ses pics de calcaire rappellent la fameuse Baie d’Halong au Vietnam.

En effet, une centaine de pitons karstiques et granitiques s’enfoncent dans les profondeurs. Je vous plante le décor : des falaises à couper le souffle, des eaux couleur émeraude éblouissantes et des arbres d’un camaïeu de vert magnifiques.

Je vous invite fortement à vous arrêter au moins une nuitée dans un des bungalows flottants sur le lac. C’est un peu « cher » avec la traversée du bateau, mais, franchement, si vous êtes déçus, je vous rembourse. C’est sublime, mais spartiate (matelas au sol, pas de clim, pas de wifi et l’électricité deux heures par jour) et donc idéal pour une introspection ! 

Bungalow flottant lac chiew lan

Cela tombe bien, j’ai commencé ce road trip en ayant tout un tas de questions personnelles et professionnelles et en ayant besoin de me retrouver. J’y discute avec ma p’tite Virginie intérieure et je trouve toutes mes réponses. Je vis une expérience unique.

Étapes inattendues à Surat Thani et Chumphon

Mes prochaines étapes sont complètement ignorées par les guides touristiques… Je décide de les explorer tout de même…

Surat Thani, la « dénuée d’intérêts »

En ce huitième jour de road trip, je quitte le magnifique lac Chiew Lan pour Surat Thani. Je me pose au My Place @Surat Hotel, que je vous recommande… Une chambre immense avec salle de bain pour 4,89 euros la nuit, ça va…

Au premier abord, cette ville de 130 000 habitants présente en effet peu d’attraits touristiques. C’est surtout la porte d’entrée vers les îles voisines, notamment Koh Samui. J’y trouve tout de même des endroits sympas à visiter en me baladant au hasard et en demandant aux locaux :

  • le sanctuaire de Prat That Si Surat,
  • les parcs Rama 9 et Koh Lamphu,
  • le marché flottant,
  • le monastère de Wat Tham Bucha,
  • le temple Wat Tridhammaram avec ses deux Bouddhas assis
  • et le très vénéré temple de Guan Yin.

Chumphon et la province du même nom

Le road trip se poursuit à Chumphon, une charmante petite ville du Sud de la Thaïlande. J’arrive complètement trempée, encore une fois, par un véritable déluge sur la fin du parcours.

Pleine d’authenticité, Chumphon offre de magnifiques plages désertes, dont celle de Hat Sai Ree.

Un magnifique soleil me permet de profiter pleinement de ma balade dans la ville et sur ses hauteurs, au Khao Matree Viewpoint. La vue est sublime avec le bleu turquoise du Golfe de Thaïlande et le vert de la campagne environnante.

Je parcours également le parc national de Mu Ko Chumphon. J’y déambule sur des passerelles en bois et des ponts suspendus au beau milieu de la mangrove. Je suis ravie d’être venue ici !

La petite Ranong qui a tout d’une grande

Pour la suite de ce voyage, je change de cap en passant sur la côte ouest. Eh oui, les vacances touchent à leur fin et il est temps de faire demi-tour !

Me voici à Ranong, ville aux influences sino-portugaise, loin d’être présentée comme destination à faire absolument…. Les touristes passent seulement pour rejoindre les îles environnantes ou pour aller au Myanmar voisin. De plus, Ranong est la province la moins peuplée du pays et est surtout couverte de forêts et de montagnes.

J’y trouve une auberge de jeunesse parfaite, A Day Inn Ranong, dans la rue principale où l’on trouve street-art, restaurants et petits marchés. Je suis extrêmement bien accueillie par la propriétaire, tellement contente de voir une touriste. Elle me propose une très belle chambre pour le prix du dortoir mixte.

Elle me parle de sa ville avec des étoiles dans les yeux ! Je suis vraiment bien tombée et, suivant ses recommandations, je visite :

  • le superbe palais de Rattanarangsan,
  • les sources d’eau chaude de Raksa Warin Hot Spring,
  • un marché aux poissons, connu pour ses travailleurs birmans, 
  • les ruines de l’ancienne résidence du gouverneur, 
  • la colline chauve de Phu Khao Ya, très populaire ici,
  • et une plage de dingue pour un coucher de soleil inoubliable !

Je veux bien en faire tous les jours des villes ennuyantes comme ça, moi ! Une étape qui restera dans mon cœur également !

Khao Lak, la magnifique meurtrie

Pour ma dernière étape, je décide de me confronter à la réalité d’une des catastrophes naturelles les plus meurtrières de l’Histoire.

Me voici à Khao Lak, en bordure de la Mer d’Andaman !

Pour moi, le charme de cette station balnéaire familiale réside dans la dualité entre un cadre vraiment sublime et un passé très douloureux. Dans ce paradis, l’atmosphère est quelque peu « pesante ». Je comprends vite qu’il faut éviter de rappeler des souvenirs pénibles en parlant aux locaux du tsunami du 26 décembre 2004

Museum tsunami 2004 khao lak

Pour cause, Khao Lak est quasiment totalement rasée par cette vague destructrice de 30 mètres de hauteur. Plus de 8 000 personnes, dont 2 000 touristes, meurent ce jour-là dans ce lieu de rêve, qui se transforme en cauchemar. 

C’est ici que se déroule l’action du film The Impossible, retraçant la catastrophe. En ce lendemain de Noël, plus de 250 000 personnes périssent sur l’ensemble du littoral de l’Océan Indien.

Je visite avec émotion le Baan Nam Kem tsunami memory, créé pour se souvenir de la tragédie. On trouve également, sur la plage où la vague est arrivée, un Bouddha qui tourne le dos à la mer. Il est positionné ainsi pour montrer son mécontentement aux forces naturelles… Cela en dit long sur la douleur encore très présente, malgré le temps qui passe.

Désolée de terminer mon récit sur cette note triste, mais cela reste une étape importante de l’histoire de la Thaïlande. Ce road trip se clôture donc sur cette touche paradoxale, entre extase pour les yeux et tristesse pour l’âme.

Retour à mes chers bambins pour moi, en pensant à mon prochain périple thaïlandais. Je ne manquerai pas de vous le partager, comme d’habitude, sur Newlifesthai.

Le côté improvisé de ce périple m’a énormément plu et je pense que je vais agir plus régulièrement comme cela dorénavant.

Que pensez-vous de ce road trip ? Vous êtes plutôt team « tout est sous contrôle » ou team « à l’arrache » ?

Virginie

Infographie Raining road trip autour de phuket

Laisser un commentaire