You are currently viewing Road trip Nord de la Thaïlande et Triangle d’Or en scooter

Road trip Nord de la Thaïlande et Triangle d’Or en scooter

Vous avez aimé le précédent article road trip sur la boucle de Mae Hong Son

Vous allez adorer le Nord de la Thaïlande et le fameux Triangle d’Or que je vous propose de découvrir dans un circuit de 18 jours, toujours en scooter. 

Au programme : un parcours fabuleux de Chiang Rai à Lampang, en passant par Nan, Phrae ou encore Sukhothai et deux magnifiques expériences émotionnelles

Vous êtes parés ? Allez, c’est parti !!!

Chiang Rai, aux portes du Triangle d’Or

C’est à Chiang Rai que je décide de poser mon sac à dos pour commencer, aux portes du Triangle d’Or. À 65 kilomètres du Myanmar (nouveau nom de la Birmanie) et plus petite que Chiang Mai, elle est moins touristique. 

Vous me connaissez maintenant… Vous savez donc que je visite (presque) tous les temples et les monuments de la ville et de ses alentours ! C’est juste trop beau !!! 

Parmi les différentes visites qui me régalent les yeux, je retiens :

  • le sublime temple blanc de Wat Rong Khun, un véritable coup de cœur,
  • le Singha Park avec ses immenses plantations de thé et son lion doré,
  • la cascade de Khun Korn, la plus haute de toute la province avec ses 70 mètres,
  • l’étrange musée Baan Dam (musée des maisons noires en thaï) de l’artiste déjanté Thawan Duchanee,
  • le temple Wat Huay Pla Kung de la déesse de la compassion, alias Big bouddha.

2 jours au cœur d’un village Karen

Ensuite, je pars dans les montagnes, à 25 kilomètres de Chiang Rai, pour vivre une belle expérience. Une immersion au cœur d’un village authentique, Baan Khwea Wua Dam, de l’ethnie Karen

Les Karens, à peu près 400 000 personnes dans le nord de la Thaïlande, représentent la plus grande des tribus montagnardes. Ils étaient à l’origine semi-nomades et se sont sédentarisés à la frontière avec le Myanmar. 90 % de cette ethnie vit d’ailleurs dans ce pays voisin. 

Je passe deux jours (avec ma copine Anne et sa petite famille) chez Marine, une Française, et son mari Dédé, un villageois dont elle est tombée amoureuse en 2018 lors d’un séjour ici. Après leur mariage, ils créent la Homestay La maison, accueillant les voyageurs dans le respect des traditions ancestrales. Je découvre leur lieu de vie, partage leurs repas, mais aussi certaines de leurs activités. La vie y est simple, minimaliste et s’articule autour de la culture du riz et du tissage manuel. 

Clairement, je me suis senti comme à la maison. Si vous passez par le Nord de la Thaïlande, je vous invite à leur rendre visite, en les contactant via leur site internet Adventhai.

Une expérience inoubliable chez Elephant Steps Chiang Rai

Depuis de nombreuses années, les polémiques sont fortes autour de l’exploitation des éléphants

Entre les cirques et les camps de promenades à dos d’éléphant, cet animal est soumis à des conditions de vie dures et violentes. Alors, oui, un vrai travail de protection s’est organisé et beaucoup de ces endroits se sont reconvertis en sanctuaires. Mais, le plus souvent, ce mammifère y est encore enchaîné et n’est là que pour amuser la galerie. Loin de moi l’idée de critiquer, mais je me refuse d’aller dans un de ces sanctuaires. 

Il existe des lieux où l’éléphant est réellement considéré et c’est grâce à l’amie d’une copine que je découvre > Elephant Steps Chiangraï.

Je scrute Internet et zoome même sur les photos à la recherche de chaînes ou de signes de maltraitance. Tout y a l’air très bien. Du coup, je contacte Sophie, une autre française expatriée depuis 25 ans, gérante du lieu. Elle m’explique le déroulement de la journée et me propose de réserver via la page Facebook avec une nuit dans une hutte. 

Dans les autres camps de la région, il y a des dizaines d’éléphants. Ici, c’est une petite structure bienveillante avec seulement trois femelles : Mélanie, sa fille Gypsie et Maenoune, mais aussi d’autres animaux rescapés. Ils y passent une seconde vie paisible et évoluent à leur rythme. 

Je passe une journée et une nuit inoubliables. Si vous rêvez d’une expérience authentique, venez ici ! Vous en repartirez remplis de pensées positives et enrichis émotionnellement.

Le Triangle d’Or

Il est maintenant temps pour moi de m’enfoncer dans le Triangle d’Or. Cette région frontalière avec le Laos et le Myanmar est tristement connue pour avoir été la plaque tournante du trafic d’opium dans cette partie du monde.

Mae Salong

Je commence par emprunter des chemins sinueux au milieu des plantations de thé et des champs d’ananas en direction de Mae Salong. Je m’arrête souvent pour photographier les paysages splendides et traverse des petits villages. Les enfants me tapent dans la main et les anciens me saluent. Ces moments me touchent toujours

Mae Salong a été créée par des militaires chinois, ayant fui le communisme. Ils se sont lancés dans la culture de l’opium dans les années 70. Au milieu des années 80, les autorités les ont accompagnés pour stopper cette production et cultiver plutôt du thé à la place du pavot… Bien meilleur pour la santé ! 

J’y visite plusieurs plantations (Chuifong et Wang Put Tan) et déguste le fameux breuvage, dont mon préféré : l’Oolog tea. Il faut savoir que 80 % de la production de thé de la province de Chiang Rai vient de ce petit village.

Le Doi Tung

Je me dirige ensuite vers le Doi Tung, une montagne proche de la frontière birmane. C’est un ancien haut-lieu de cultivation du pavot nécessaire à la production d’opium. Les terrains étaient brulés afin de le cultiver, détruisant la forêt en même temps. 

Tout a changé grâce à Srinagarindra, grand-mère du roi actuel de Thaïlande. Elle fut très sensibilisée aux problèmes de déforestation et de dépendance à la drogue. Elle décida alors de lancer un projet de reforestation en incitant les tribus à cultiver autre chose que le pavot. 25 ans plus tard, le résultat est très positif. La forêt est revenue, les jardins botaniques sont magnifiques et la qualité de vie a très favorablement augmenté.

Direction ensuite Doi Chang Mub, où se situe le poste-frontière avec le Myanmar. En grande aventurière que je suis, je longe la frontière sur la crête de la montagne durant 15 kilomètres. Je fais même deux passages furtifs en Birmanie… Petits coups de stress face aux agents armés, d’ailleurs !!! Les paysages sont absolument magnifiques et la conduite est un vrai bonheur. 

Chiang Saen et le Mékong

Je poursuis ma route jusqu’à la ville de Chiang Saen. Protégée par une muraille, son quatrième mur n’est autre que le fleuve Mékong que j’aperçois pour la première fois. 

Un moment fort pour moi, ayant souvent vu le nom de ce gigantesque fleuve asiatique de 4 350 kilomètres dans les livres et les reportages. Aujourd’hui, je suis face à lui ! Enfin !!! Sentiment de sérénité et moment propice à la réflexion…

J’y visite le parc du Triangle d’Or, au sein duquel il y a la maison de l’opium… Un petit musée intéressant sur cette drogue qui rendit si célèbre cette région.

Un lever de soleil au sommet

Le lendemain matin, sous un soleil radieux, je décide de suivre mon intuition

Mon objectif ? Faire un détour de deux heures, grimper au sommet du Phu Chi Fa et contempler le lever de soleil demain. Je croise les doigts et compte sur mon destin pour que le soleil soit au rendez-vous également. 

L’ascension du Phu Chi Fa, et ses 1 628 mètres, est assez simple. On peut monter le premier tiers en scooter. La route est un spectacle à elle seule. J’essaye de ne pas trop m’arrêter, car je dois arriver avant la nuit. Eh oui, partie la fleur au fusil, je ne sais même pas où je dors… Intuition, intuition ! 

J’ai raison de lui faire confiance. En arrivant, je tombe sur de grandes tentes avec une vue incroyable et dirigées vers le coucher de soleil. Seule sur le camp, je passe une soirée vraiment magique face au Sunset (intuition, intuition).

Après une nuit fraîche, je me lève à 4 h 30. Motivée comme jamais, je gravis en pleine nuit noire le chemin menant à la balise matérialisant la frontière laotienne.

C’est là, au sommet, que je m’offre un lever de soleil exceptionnel.

Nan, bijou isolé du nord de la Thaïlande

Après ce réveil enchanteur, il est temps de quitter le Triangle d’Or. Je me dirige alors à la découverte d’un trésor méconnu, aux portes du Laos : la province de Nan. 

Nan ne rejoignit le Royaume de Siam (la Thaïlande) qu’en 1931. Son histoire se retrouve dans ses murs d’enceinte et dans ses temples. Ces derniers représentent toute sa richesse culturelle aux influences Lanna et Thai Lue. 

Il faut absolument aller voir cette merveille de Bouddha surplombant la ville au Wat Phra That Khao Noi. Les peintures murales du Wat Phumin sont également immanquables. La ville est aussi connue également pour ses nombreux Nagas. Une légende raconte que les habitants sont nés d’œufs de cet être mythique, serpent à tête de dragon. Enfin, les courses de bateaux, au moment de la retraite bouddhiste, en été, sont très populaires.

Cette ville n’est pas un lieu incontournable du pays, mais le tourisme s’y développe progressivement. Personnellement, j’ai adoré la découvrir.

Noël à Phrae, la belle méconnue

Aujourd’hui, c’est le 24 décembre et je débarque, avec mon scooter rouge aux couleurs du Père Noël, à Phrae. Cette cité, éloignée des circuits touristiques, est idéale pour s’imprégner de la Thaïlande traditionnelle et authentique. 

Phrae est surnommée la Luang Prabang thaïlandaise. Ses temples, ses maisons coloniales en teck (ce bois a fait sa richesse au 19e siècle) et ses murailles font penser à sa cousine laotienne. 

Enfin, d’après ce qu’on me dit, car je n’ai jamais mis les pieds au Laos. 

L’hospitalité des habitants est réputée dans tout le pays. Eh oui, comme le tourisme de masse n’est pas encore présent, les relations avec les habitants sont chaleureuses et souriantes. Par exemple, en cette veille de Noël (qu’eux ne fêtent pas), une gentille famille m’invite à boire une bière. Le papa me cuisine même des frites quand je lui dis être française. 

Après une soirée de réveillon « Skype » avec ma famille, je passe mon Noël à découvrir la ville et ses alentours. Je me régale dans l’incroyable parc de Phae Mueang Phi (forêt de la ville des fantômes) avec ses formations rocheuses. Certaines atteignent 30 mètres et me font penser à l’Ouest américain ou encore à la Cappadoce en Turquie.

Retour vers le passé

Bain Culturel à Sukhotai 

Après 1 100 kilomètres parcourus, j’arrive à Sukhothaï, ville idéale pour découvrir l’histoire de la Thaïlande et son passé glorieux. Ayant mis fin au règne khmer d’Angkor Wat, elle fut la première capitale du Royaume de Siam pendant 200 ans, en 1238. 

Ce magnifique site est classé depuis 2003 au patrimoine mondial de l’Unesco. Passage obligatoire pour les amoureux de l’histoire asiatique, la vieille cité de Sukhotai est une vraie carte postale vivante.

Elle est divisée en cinq zones. Terrasses, autels, bas-reliefs, Chedis et Bouddhas s’étendent sur une superficie de 7 km2 à parcourir à pied ou à vélo. Le secteur central est le plus impressionnant et le plus joli, mais les autres méritent vraiment de s’y promener… Notamment la section Nord avec le Wat Sri Chum et son Bouddha assis de 12 mètres de haut. 

En tout cas, moi, j’ai adoré cette visite dans le temps !

Si Satchanalai, une petite sœur qui se défend 

À 60 kilomètres au nord, Si Satchanalai est également classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1991 avec ses ruines de temples des 13e et 14e siècles. Cette ville, autrefois appelée Chialang et tenant un grand rôle commercial et industriel, fut détruite par l’armée birmane à la fin du 18e siècle.

Si Satchanalai, “la cité des bonnes personnes” en thaï (Parlerait-on de moi ?), est délaissée par les touristes. On ne croise en effet que quelques aventuriers dans cette belle ambiance à la Indiana Jones. C’est à vélo que je décide de visiter ce lieu, telle une Lara Croft cycliste ! 

Lampang, le coup de cœur de cette aventure

Après ces deux journées chargées d’histoire, il est temps de rallier de nuit la dernière étape de ce périple. 

C’est à Lampang que je termine mon road trip et Waouh !!! Je ressens un énorme coup de cœur pour cette ville au charme indéniable ! Après mes deux road trips et le mois passé en Thaïlande durant mon tour du monde, c’est la ville que je préfère ! 

Le commerce du bois de teck, ses céramiques et sa mine de charbon ont fait la gloire de Lampang. Aujourd’hui, c’est une superbe ville de 60 000 habitants abritant de belles maisons en teck et de nombreux bâtiments anciens. On y trouve également un pont centenaire, une gare magnifique, un street-art très réussi et surtout des temples absolument uniques. 

Le plus fameux, le Wat Phra That Lampang Luang, est l’est un des plus beaux lieux de culte de toute la Thaïlande. 

Dernière visite incroyable à faire absolument

À 65 kilomètres en direction de Chiang Rai, où je dois reprendre l’avion, se trouve un temple perché étonnant : le Wat Chalerm Phrakiat Phrachomlao Rachanuson (facile à retenir, non ?). 

Les temples perchés sont nombreux en Thaïlande, mais celui-ci est unique. Il a des éléments installés sur différents pics. Il est juste exceptionnel et je dois dire que je clôture ce road trip en beauté !

On sait tous que les bonnes choses ont une fin, mais c’est avec un brin de nostalgie que je rentre chez moi à Phuket. Je suis tout de même heureuse, car je vais retrouver mes amis pour célébrer le Nouvel An. 

Surtout, c’est le cœur et la tête remplis de moments riches en émotions et en rencontres que je termine l’année 2020 après ces 18 jours en scooter. Et 2021 promet d’être haute en couleur également. 

Je vous dis à très bientôt pour continuer à découvrir ce pays magique qu’est la Thaïlande, mon pays d’adoption et de cœur !

Cet article a 2 commentaires

  1. Ldkoportufrance

    Magnifique votre blog, le changement de vie whaou, c’est top moi j’y pense de plus en plus à l’approche du 1/2 siècle 😜 mais mon pays de cœur ♥️ c’est moins loin que la Thaïlande, c’est en Europe du sud … le Portugal 🇵🇹
    La Thaïlande 🇹🇭 me fait rêver depuis déjà quelques années mais je n’ai encore jamais pu la découvrir, avec votre blog la motivation est démultipliée 😜
    Merci pour votre blog bonne continuation

  2. Ldkoportufrance

    Magnifique blog

Laisser un commentaire